Arrête ton char ! Donne.

12 avril 2014
Etape 5 : Vevey – Chardonne

Je vais vous conter ici l’étape du 12 avril 2014, pourtant nous sommes déjà le 14 en cette année de pandémie. Alors que j’avais pour objectif de vous conter jour par jour et jour pour jour tous les jours je ne suis déjà plus à jour!

C’est que, ma fois, bien que je n’eus pas imaginé un instant que ce fût possible mon 12 avril-covid a été bien plus passionnant que celui de la ma Première Ronde Vaudoise : J’ai reçu 4 poulettes à la maison !

Je les ai installée dans le bûcher, vidé et transformé en poulailler et hier je n’ai pas cessé de les observer préférant m’ébaubir devant Pétronille et Sidonie, Pénélope et Allumette que de me rendre nostalgique dans mes beaux souvenirs.

A Vevey dans le Gesthouse, je me suis levée assez anxieuse à cause de cette mauvaise nuit passée à me faire déranger par les inconnus du dortoir. J’avais donc l’humeur d’un petit juge peu amène et je portais sur mes jeunes « bourreaux » un avis sans complaisance notamment en scrutant leurs bagages étalés partout. Pourquoi voyager et trimbaler autant de trucs débiles et inutiles dans leur valise, leur sac ou dans leur armoire de fortune. Des fers à friser, du maquillage, des jupes de soie… Je ressentais une forme de supériorité et alors que je me délectais d’être mieux que tout le monde j’ai fini par me faire honte.

En guise de punition et pendant qu’ils s’en étaient tous allé prendre leur petit déj’ j’ai refait un tri de mes propres affaires.

Je me rappelle avoir Petit Pouceté mon bâton de marche, aussi mal aisé à manipuler avec les poignées du sac à roulette que le parapluie semé la veille. J’ai aussi largué le troisième exemplaire de tout. C’est-à-dire un t’shirt, une paire de chaussettes, une culotte et un soutien-gorge. La règle étant : un sur soi un qui sèche, le troisième exemplaire faisant office de charge inutile dans le sac qu’il soit propre ou sale.

Mes provisions rendues au plus bas par le délestage de toutes les boîtes et réserves de riz et de pâtes, celles-ci méritant un réchaud ou une casserole, je projette de faire des courses en ville. C’est d’ailleurs prévu dans mon planning hyperrrrrrrigide : j’ai prévu du temps ce matin pour aller dans un supermarché.

Pourtant une petite réflexion m’amène à penser que je ferai mieux de me ravitailler en haut de la côte plutôt qu’au bord du lac. Tremblante (je déteste le téléphone) j’appelle mes hôtes de Chardonne pour m’enquérir des possibilités existantes de me nourrir au village. Ils m’informent en détails sur la petite épicerie et sur le restaurant. Non seulement il me faut un repas pour ce soir (je n’ai pas pris pension complète car je ne veux pas manger à une table avec des inconnus, fussent-ils les maîtres-queue d’une excellente table d’hôte renommée) mais aussi le pique-nique de demain. Un demain qui chante puisque ce sera vadrouille pour tous, que j’ai mis en ligne sur mon site un rendez-vous à la station du funiculaire et que je me demande bien qui sera là au rendez-vous de cette première vadrouille de périple.

La vue est superbe à monter dans les vignes.

Je prends beaucoup de photos car je peine plus que je ne veux bien l’admettre. La montée balisée 90 minutes me prend plus de 3 heures. C’est aussi que je ne suis pas pressée d’arriver étant donné que je ne sais absolument pas comment je dois me comporter dans un B&B. L’hôtel c’est déjà assez compliqué mais je sais que je suis cliente et que même si je ne me comporte pas exactement comme il se doit on ne me dira rien.

Quand je dois aller en visite, chose tellement rare mais déjà faite, en principe je connais ces personnes et j’ai pu trouver toutes les informations sur ce qu’ils estiment être une attitude correcte. La règle est donc de se plier à tout ce qui est possible, les normes qui prévalent sont celles de celui qui te reçoit. Donc tu bois du vin si on t’en offre (je déteste le vin) tu bois du café si la personne te le propose (je déteste le café) et tu finis ton assiette mêmes’il y a trop. Ensuite tu donnes un coup de main pour la vaisselle et tu évites de faire ta petite lessive au lavabo pour ne pas gicler partout. Tu fais tout pour laisser le moins de présence possible.

Mais une chambre d’hôtes ? Tu paies mais tu es chez des gens. C’est compliqué de savoir, surtout la première fois. C’est quoi la bonne attitude ? Le juste milieu ? Que dit le bon sens dont personne n’est capable de m’expliquer comment on l’acquiert ? Je suis bien contente de n’avoir réservé que la nuit et le petit déjeuné! J’irai m’enfermer dans cette chambre sitôt arrivée et ne descendrai plus jusqu’au matin. Je me dis même que je n’aurais pas du réserver avec le petit déjeuné et que ainsi j’aurai pu partir nuitamment en prétextant une trop longue étape. C’est comme ça.

Comme j’arrive à Chardonne, je cherche l’épicerie pour faire mes courses.

Bon ben, mes hôtes ont oublié que c’était jour de fermeture à Chardonne et ils ont oublié aussi que le restaurant n’ouvrait que l’été. Et ce n’était pas un calcul pour que je mange à leur table bien sûr mais ils m’ont invité à leur table évidemment. J’ai bu leur vin, accepté le café et j’ai vu se succéder un nombre incalculable de plats, des asperges au fromage. Tout très bon mais chaque bouchée avalée avec compliments et sourires m’a écrasé de stress.

Et le matin comme en quittant un hôtel j’ai payé la note, un peu salée pour mon budget mais très correcte pour ce qui m’a été « offert » et comme des amis ils ont pris des photos de cette Madelon dont ils se sont bien rendu compte qu’elle n’avait jamais mis le nez en dehors de chez elle.

Quand je vous dis que je reviens de loin ! ^^

En mettant un commentaire ci-dessous j’en aurais le souvenir pour toujours :). Plus pour nous, moins pour FB. ^^

4 commentaires

    1. … et j’avais déjà perdu environ 15kg. Et je « bougeais » depuis 2 ans. Il y a eu beaucoup de chemin depuis, beaucoup de km et beaucoup d’autres choses … ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.