Etape 1/53 La Sage – Euseigne, Grangette

Etape 1/53 La Sage – Euseigne, Grangette

C’était une belle journée malgré l’imprévu de terrain. J’ai du dévier mon parcours parce que le chemin entre Evolène et Mase était détruit par un éboulement. L’éboulement n’étant pas tout récent j’ai été un peu contrariée de ne pas avoir vu de balisage à Evolène parce que j’ai bien perdu plus d’une heure à devoir rebrousser chemin et à étudier la carte pour une nouvelle solution.

Mais une fois cette petite contrariété digérée, j’ai pu profiter de cette belle journée.

Demain le départ est donc modifié. Ce sera 09:00 à l’arrêt de bus Euseigne, Grangette et l’étape est rallongée d’une heure pour aller à Flanthey avant de rejoindre la gare de St-Léonard.

J’ai relevé que j’avais un regard et des pensées qui changent au fil des mois qui passent. J’ai été touchée par des chiens, sans doute des chiens de chasse, enfermé dans une cabane à grillage, seuls, loin de toutes habitations. J’ai aussi été interpelée par des plastics à terre que peut être je n’aurai pas vu autrefois. Alors je les ai ramassés, ça me faisait du bien de ne pas passer à côté sans broncher. J’ai aussi vu une dame jeter ses déchets de jardin en bas la raide pente de la forêt et j’avais envie de lui faire remarquer que c’était interdit. Mais je n’ai rien dit. Je pense qu’elle le savait très bien car elle n’osait pas lever le regard pour me saluer. C’est peu banal de ne pas être saluée quand on croise un humain loin de toutes habitations.

Et puis il y avait cette Dent Blanche qui me faisait de la lumière, et puis il y avait ces fontaines dont l’eau était acheminée dans des tuyaux de bois, et ce vieux pont de pierre pour traverser la Borgne.

Mais surtout, il y a eu ce départ. Une rencontre chaleureuse avec Nicole de La Sage qui m’a tricoté une petite mascotte en forme de coeur que j’ai pendu à mon sac de montagne. Elle avait le sourire tendre et racontait sa nouvelle passion-tricot avec enthousiasme. Bien sûr, j’ai refusé le café, mais dans mon âme j’ai partagé avec elle un peu de chez elle et dans mes pas, il y aura, j’espère jusqu’à Porrentruy, un peu de ce soleil de départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.