La magie du rangement

Alors que j’arpentais distraitement les rayons d’un kiosque de gare pour tuer le temps entre deux correspondances, je tombais sur un livre intitulé : La Magie du rangement.

Avec mon penchant dyspraxique je suis constamment submergée par les objets et je passe des heures à ranger ce que je désordonne en deux temps trois mouvements. Alors cela fait un bout de temps que je me demande si je ne devrais pas traiter mon appartement comme mon sac en vadrouille: le vider de tout ce qui pèse ou encombre.

Alors j’ai machinalement saisi l’ouvrage et lu la couverture 4.

20160821_113912

Prétentieux et racoleur! Voilà ce que j’ai pensé d’emblée!

Mais comme je ne suis pas à une incohérence près j’ai sorti le crapaud de mon sac et ma carcasse du kiosque pour chercher un coin tranquille et feuilleter la chose avec la ferme intention de ne pas le ramener chez moi: ramener un objet pour se désencombrer c’est comme dépenser pour faire des économies: plutôt absurde.

Comme toute méthode il faut visualiser un objectif. Pour cela on nous pose toute une série de questions auxquelles il faut répondre de manière explicite avec cette injonction :

« Avant de faire le vide, prenez le temps de réfléchir à votre but ultime. (But ultime!) Cela signifie visualiser le mode de vie idéal dont vous rêvez. Ensuite il vous faut savoir pourquoi vous voulez vivre de cette manière. Ne perdez pas de vue que jeter ou garder une chose n’a qu’un seul but : vous rendre plus heureux »

A la page 50 j’étais déjà battue ! Je n’avais qu’une envie : tenter l’histoire et faire confiance à cette Marie Kondo. Et j’ai visualisé mon mode de vie idéal et pris des notes.

Puis j’ai passé à l’action.

Fallait traiter non pas par placard mais par thème : les vêtements, les livres, la paperasse, les produits de soins, les objets de valeur, les appareils électroménagers, les équipements, les ustensiles de cuisine, les vivres, le matériel de loisirs….

Après comme pour les recettes de cuisine j’ai un peu fait à ma sauce mais j’ai gardé l’esprit.

Elle préconise de faire ça en un jour… bien évidemment au bout d’une semaine je n’avais encore pas fait le quart de la moitié des thèmes. Et j’avais absolument tout dehors! Du chenit par-tout!! absolument partout!

Je ne me suis pas découragée pour autant.

Bon j’avoue j’ai eu des doutes ! Est-ce que tout sortir des armoires pour ranger n’était pas une absurdité supplémentaire?

Oh et puis, je n’en suis pas à une près hein!

J’ai trié parmi les milliers de choses qui étaient dans mes armoires et admis qu’en possédant quatre fourchettes au lieu de douze le risque d’être débordée par de la vaisselle en retard était moindre.

De fil en aiguille (oui j’ai aussi trié la boîte à ouvrage) j’ai tout tenu et sélectionné selon les critères convenus en fonction de mon mode de vie idéal visualisé. Et mon but ultime : Marcher libre!

Au trois quart de l’exercice (qui a fini par s’étaler sur plusieurs semaines) j’ai réalisé que je ferai aussi bien de me débarrasser de l’appartement lui-même.

Ce que j’ai fait.

J’ai alors réparti mes objets préférés et indispensables entre mon garage faisant office de garde-chose et ma caravane qui fera office de de camps de base et j’ai remis mon appartement à quelqu’une chère à mon coeur qui m’ouvrira sa porte si ma chandelle est morte. Le tout sera effectif en octobre.

Encore quelques ajustements et je pourrais reprendre le chemin me rapprochant encore un peu plus de « mon mode de vie idéal ».

20160821_131348

Voilà comment un ratage de correspondance peut changer votre vie.

En même temps, ceux qui me connaissent bien savent que c’est une idée qui me trotte dans la tête depuis 2015 déjà et que rien n’arrive par hasard.

Pour la suite j’ai des idées. Des idées de suite qui ne sont pas encore très précises. Mais comme j’ai de la suite dans les idées elles ne devraient pas manquer.

Après la magie du rangement j’entamerai la magie des chemins.

Filed under: A pas contés,Blog-Blog,Message administratif,Ne concerne aucune vadrouille

Nouvelles iodées

Chers amis de Madelon, voici des nouvelles un peu crétines. Non que je dévalorise d’entrée mon billet mais parce que ce qu’il m’arrive est pratiquement du crétinisme!

En effet ma glande thyroïde ayant décidé de prendre des vacances, mon organisme n’est plus, entre autre régulièrement livré en iode. Ne pas être réapprovisionné à temps de cette matière première a pour fâcheuse conséquence d’affaiblir tout le métabolisme. Or contrairement aux Crétins des Alpes il ne va pas me suffire de mettre du iode dans mon eau et dans mon sel.

Il va falloir retrouver les bons dosages médicamenteux (euthyrox) alors que j’avais pensé m’en défaire à jamais! La démarche de suppression s’est avérée exacte pour tous les autres médicaments que l’on m’a prescrit jusqu’en 2014 mais, pas pour celui-ci.

Trouver ces dosages, tout comme retaper l’organisme effondré (surtout) va me prendre du temps.

Parce que bien effondré hein, ce corps! Je sors de 4 jours d’hôpital à Interlaken suite à ce que je pensais être une intoxication alimentaire. En fait l’intoxication n’est devenue grave que parce que le métabolisme était véxé par sa pénurie de iode. Je rassure tout de suite : ma perte de poids n’a rien à voir dans cette pénurie. Il s’agit d’un problème syndical ou plutôt hormonal que je vais traiter directement avec ma thyroïde. Elle part mal dans les négociations car pendant ma ronde vaudoise, j’avais commandé un audit à Rolle et personne, pas même mes archives personnelles n’ont jugé utile de me prévenir des causes de cette panne.

Pourtant déjà la fatigue énorme ressentie au début de cette ronde, tout comme ma jambe éléphantesque et comme la tendinite sont imputables à cette défection thyroïdienne.

Les conséquences sur la productivité des vadrouilles sont directes!

La grande vadrouille du 6-7-8 août est annulée et aucune autre ne sera remise au programme avant nouvel avis.

La reprise des vadrouilles régulières du dimanche est repoussée à une date inconnue. Par contre à l’occasion, une proposition de partage fera son apparition ici où là.

Malgré tout, je compte reprendre dès septembre une vadrouille au long court.

Je dois encore en déterminer le rythme mais elle me verra rallier Bâle à Coire ou Coire à Bâle par les bords du Rhin.

Sans difficulté et sans délai, à raison de un ou deux jours par semaine, le seul objectif est de finir ce ralliement un jour….. J’ai un immense besoin de quitter le mode échec.Je déteste l’échec et l’émotion qui va avec.

Bien trop d’échecs cette année!!!

Et à ceux qui voudraient réagir au mot que j’emploie qui est le mot échec, je dirai que ce n’est pas un gros mot car je n’y mets aucun jugement de valeur. Personne ne doit se sentir amoindrit parce qu’il a échoué. Par plus que celui qui réussit ne doit se sentir supérieur. Toutefois je préfère l’émotion qui accompagne une réussite que celle qui accompagne les rêves inachevés. Parfois il faut viser haut pour avancer, d’autres fois il faut se faire du bien en rendant la réussite plus probable. Avoir des objectifs petits mais justes.

Une fois que j’aurai rallier ces deux villes, je reprendrai ma réflexion sur des projets plus ambitieux. Reprise de mon métier de guide pour ce qui concerne le partage et des traversées alpines techniquement plus difficiles. Ou pas. L’avenir et la santé parleront. J’abandonne dans ce post l’idée de partager plus et plus souvent et avec plus de monde mes vadrouilles mais je ne vous abandonne pas tout-à-fait car au plaisir de partager mes photos chemins faisant s’ajouteront encore des pas et des sourires sur quelques sentiers.

Vous pouvez me contacter, je peux encore .mettre un pied devant l’autre.. enfin je crois 🙂

Bien à vous mes Madelonneurs et à la prochaine!Promis.

 

Filed under: Madelon