10 mars 2015 – Persévérance

Depuis samedi mes vadrouilles se conjuguent au partage. C’était source de grandes satisfactions et de doux bonheurs. Des têtes à têtes avec Petit Rahan et Claudius au quintet de paires de godasses en brochette de luxe dimanche : Quel bien! Retrouver tous ces visages souriants et impatients de vadrouiller m’a mis du baume au coeur… et m’a lubrifié les rotules! Dans ma tête, c’était place aux chansons.

En ce mardi matin, le soufflet est retombé. Il est temps de faire chemin seule. J’ai besoin de réfléchir et de me concentrer. C’est difficile et je trouve mille prétextes pour ne pas être à mon affaire.

Il y avait beaucoup de bruits dans ma tête aujourd’hui et pour dire vrai, ce soir à Yverdon, ma tête sans raison retentit encore de pensées biscornues et disparates. Et mon corps râle. Et cette chorale là, c’est une autre chanson!

Les pieds  brûlent, le dos craque, le visage tire, les yeux piquent, la bouche sèche. Les nuits courtes et les pollens s’allient aux kilomètres (qui usent, qui usent) pour me faire admettre que tout n’est pas que romantisme quand on cherche sa route sur les chemins. Les pensées ne jaillissent ni des bourgeons, ni des nivéoles et sont parfois aussi laborieuses que les pas solitaires d’une Madelon.

Mais comment trouver raison?

Je vais persévérer encore quelques kilomètres, quelques nuits et quelques pollens, jusqu’à ce que l’âme s’apaise … qui ne tente rien n’a rien…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.