Se jeter dans l’inconnu

… cet instant où les deux pieds touchent encore le sol mais que tu as déjà explosé l’élan pour sauter… et que tu te dis : mais quelle drôle d’idée 😅

C’est la première fois que je m’apprête à quitter une vie pour une autre sans être fâchée avec elle.

Presque tout me sied dans celle-ci. J’ai bon chaud et je mange bien, mon nid est à ma taille, la lumière y est douce et je croise facilement les regards de mes enfants d’amour.

Le quartier est presque calme et toutes les commodités sont à moins de 5 minutes. Mon petit jardin m’a promis des rêves pour chaque printemps de festoyer toutes tulipes dehors dès le mois de mars. Vivre ici est facile et me permet d’évoluer dans une situation financière très favorable, que je n’ai jamais eu et que je ne pourrais jamais retrouver.

Alors pourquoi cet appel? Pourquoi cette puissance et cette détermination ? quelle drôle d’idée !

Puisque je me décide pour un grand saut dans l’inconnu, je focalise malgré moi sur toutes les pertes volontaires que je m’apprête à m’infliger. Je dois bien avouer que j’ignore tout de la nouvelle vie qui m’attend et que j’ai peur. Pourtant je me fais confiance et j’avance. Cela fait des semaines que j’explore tous les espoirs, inspecte toutes les barrières, pèse les pour et énumère les contres et à chaque fois, quelque soit le résultat de la balance la réponse est la même. Vas-y !

Hier j’ai donc donné cet élan qui fait que lundi mes pieds s’arracheront du sol et que l’air de rien, une nouvelle aventure va commencer.

3 commentaires

  1. Ça me fait sourire
    Demain je commence dans mon nouveau job ( presque les mêmes symptômes )…

    Contre cette peur de l’inattendu, je me console avec l’idée que je pourrais toujours utiliser mes ailes quand je me trouve entre terre et ciel.
    J’aurais droit à une magnifique vue sur la baie d’Alger.
    Vas-y amiga.

    1. Merci mon ami Mourad !
      Oh la concordance des choses à travers l’espace et à travers le temps est un bien grand mystère surtout quand nos vies répondent à de si grandes variétés d’exigences.
      J’ai le privilège de pouvoir choisir où chaque soir où étendre ma carcasse pour dormir et celui de n’avoir pas besoin de souffrir tout le jour à la vendre au plus offrant des employeurs.
      Courage à toi pour ce nouveau job demain.
      Porte toi bien et embrasse la famille et les enfants de cette bise virtuelle qui n’engage que le vent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.