Attraper le temps

Faire des photos c’est comme se saisir d’un instant. C’est vouloir figer le temps qu’il fait pour ne pas laisser fuir celui qui passe. Nos deux ombres, de l’arbre et de moi, s’étendent au-delà de nos attentes. Elles s’étirent (à notre insu peut être?)  pour rattraper ceux qui s’échappent : les fameux ici et maintenant. Ici et maintenant ! Ils se cassent dès qu’on les nomme ces deux. Pire dès qu’on y pense, vivre le moment présent devient une musique d’avenir. Flûte je voulais juste vous parler de mon programme ! Et le temps file. Voilà : Le refuge d’Anzeindaz n’ouvrira pas comme prévu à l’Ascension mais le week-end suivant. Je peux donc prolonger mon périple jusqu’au début juin et prévoir quelques petites escapades supplémentaires. Youhouhou…  Ah oui, très important si vous voulez vivre des ici et des maintenant : bien penser aux lendemains qui chantent et toujours repenser aux hier qui ont gazouillés. Parce que ça rend heureux trois fois! Quand tu le rêves, quand tu le vis et quand tu t’en souviens! Allez dormez bien. A demain.


Posted in A pas contés by with 3 comments.

Continuer est un nouveau départ…

Parce qu’il y avait toute cette pluie, j’ai posé la pèlerine pour une pause bellerine, mais la voici très passée alors c’est reprise de mon chemin.   La suite commencera à 11:50 de Fleurier pour un petit périple sur 2 jours pour me rendre à Noiraigue. Je veux tenter de voir défiler: les gorges de la Pouëta Raisse, le Creux-du-Van, la Grande Ecoeurne et les Gorges de l’Areuse… ou pas. On verra bien la forme.   Après avoir rejoins Neuchâtel les 11 et 12 je prendrai le bateau pour Cudrefin et mes pas me mèneront à Morat puis au Lac Noir et aussi sur les bords du Lac de Gruyère et à bien d’autres endroits encore…   Aux environs du 20 mai j’arriverai dans les Alpes vaudoises et il me faudra encore quelques jours pour rejoindre le Refuge Giacomini où j’espère vous rencontrer un jour ou l’autre de cette saison d’été que je me réjouis de faire à 2000m d’altitude.   Bon je dis ça… mais je n’y suis pas encore ! On pourrait fêter mon arrivée avec une bonne fondue au refuge le vendredi 26 mai après une jolie vadrouille pour tous ? Si ça vous dit, pensez à me contacter que je puisse organiser ça en toute simplicité.   J’ai mis quelques dates dans le calendrier  que vous pouvez consulter. Ces dates et ces lieux sont indicatifs. Si les pieds vous chatouillent et que vous désirez me rejoindre en vadrouille n’hésitez pas à me contacter. Par mail ou par Continue Reading →


Posted in 0000 - Lettre d'information, A pas contés, Aller au travail à pied 2017 by with 1 comment.

Sans titre

Sans titre, c’est le titre. Je peine toujours à trouver les titres de mes articles. Surtout pour les articles écrits. C’est un peu comme si je devais donner un titre à une photo avant même qu’elle ne soit dans la boîte, ou nommer un parcours de vadrouille avant de l’avoir tracé. Ce n’est pas que je manque d’idées pour trouver un sujet, au contraire, il y en a tellement au moment où je veux aligner les mots que je ne peux pas choisir dans quelle direction ils vont m’emmener. C’est un peu ça le problème! Avec mes textes : je me fais balader mot à mot ! A la base, je voulais rédiger un texte pour me présenter, un petit texte court, simple et concis qui vous aurait expliqué en quelques mots qui je suis et à qui vous avez à faire en venant sur ce blog. Je voulais, pour une fois faire les choses correctement, c’est-à-dire faire un site Internet sur lequel vous trouveriez ce que vous cherchez et non ce qui me passe par mes six bouleaux. Ce texte aurait donc dû s’intituler: Qui suis-je ? Ou à propos de moi ? ou encore Je me présente… Rien que ces intitulés… je me bloque ! C’est si ballot hein… Le but était de vous pondre quelque chose de facile à lire, si possible en croix, comme moi j’aime trouver quand je visite un site ou un blog personnel. Pour moi, savoir qui parle et de quel point de Continue Reading →


Posted in A pas contés, La Madeleine bleue by with 6 comments.

Les peluches de Laly

Passé dans un centre EVAM pour donner, comme chaque année, les peluches et  jouets en surnombre dans la chambre de ma tite fifille. Ils m’ont été refusés car la salle de jeux du centre a été fermée. Nous avons trouvé dans le jardin de l’EVAM deux mamans qui ont bien voulu se charger de distribuer les peluches. Très vite les gamins sont venus choisir de quoi se faire un doudou. Une petite fille a serré la poupée délaissée depuis des années contre elle… Dans le jardin nous avons encore déposé un tunnel (en tissus du géant suédois vous connaissez sûrement). Un petit garçon d’environ 4 ans arrivait à peine à respirer entre ses cris de joie et l’excitation, il sautait avec les yeux qui brillaient… J’ai pensé à cet instant, à ces Noëls où le sapin vomit ses cadeaux qui arrachent un merci et un sourire de la bouche de nos enfants parce que nous les avons bien élevés. Et nous qui rêvons juste de faire briller les yeux de ceux que l’on chérit sachant qu’une orange ne suffit plus depuis longtemps, nous peinons à trouver chez eux cette joie dont nous rêvons pour eux. D’abord ça m’a fait du bien de faire plaisir. De voir cette vraie joie. Mais très vite l’émotion m’a submergée. Plus de salle de jeu… elle n’était pourtant pas bien grande et les livres se disputaient l’espace avec le matériel de bricolage et aussi quelques caisses d’habits … mais c’était un espace de « normalité » un Continue Reading →


Posted in A pas contés by with no comments yet.

J’ai eu 54 ans hier !!

​J’ai passé mon anniversaire hier et le soir j’avais 1 an de moins. Si si si j’ai de la chance non ? Comment est-ce possible? Quelques heures après minuit alors que je jetais un oeil brumeux à quelques messages entre deux ronflements (ouais critique pas hein je sais que toi aussi des fois non mais ! geek va! 😉 ) l’un d’eux me souhaite pleins de bonnes choses pour ma 55ème année. Ça m’a toujours fait marrer cette discussion dans la famille qui consiste à expliquer aux plus jeunes que lorsque tu fêtes tes 10 ans, tu as 10 ans révolus et que tu débutes la suivante soit la 11ème. Je me rappelle de discussions sans fin avec la « Tante qui pique du bout du lac » car elle n’entendait rien à la chose et soutenait mordicus que les autres étaient des idiots. Qu’à 10 ans on avait 10 ans, et que cette histoire de 11 ème année c’était des conneries d’intellos. Ce souvenir m’a fait sourire et je me suis rendormie. Fort bien d’ailleurs. Geek mais pas insomniaque ! (!) Au matin, comme c’est la tradition chez nous, le téléphone sonne et s’y succèdent les plus proches parents pour me souhaiter un bon anniversaire. Je les remercie et confirme que je n’ai rien prévu de spécial pour cette journée. Pour mes 55 ans, me dis-je, j’aurais peut être dû organiser un truc ? Ah ben je n’y ai pas pensé et c’est un peu tard pour que je m’y mette Continue Reading →


Posted in A pas contés by with no comments yet.

Solidarité et charité

Je hais la charité. Mais elle est nécessaire quand le système de solidarité craque. La solidarité est laborieuse, elle est individuellement peu gratifiante et n’apporte aucune satisfaction immédiate. Elle laisse la dopamine du contibuable au repos. La solidarité se nourrit de taxes, de lois, de protocoles et de contrôles. Elle frustre celui qui la délivre, fâche par son effet contraignant celui qui la finance. Elle est rébarbative et quand elle manque sa cible, fait crier au scandale. Le seul gagnant semble être le récipiendaire qui se permet parfois le luxe de la critiquer. La solidarité, définie par ce chapelet de gros mots est devenue elle-même un gros mot. Pourtant la solidarité est un investissement rentable pour l’ensemble d’une communauté ou d’un système. Elle lui permet de fonctionner sans générer trop de scories. Elle met de l’huile dans les rouages, minimise l’humiliation du récipiendaire en fixant collectivement les critères de sa dispense afin d’en contrôler les dépenses. Elle s’assure aussi que personne ne passe entre les mailles du filet. La solidarité, telle qu’elle a été conçue depuis la fin de la guerre avec l’apparition des assurances vieillesse et sociale ou des congés payés par exemple est quand même ce qu’on avait fait de mieux dans l’Histoire de l’humanité depuis pas mal de temps. C’est elle qui a assuré cette fameuse « paix sociale » qui a valu à la Suisse sa grande prospérité. C’est malheureusement une notion abstraite et complexe. Les esprits simplistes ont préférés écouter les sirènes des arrogants partis désireux de Continue Reading →


Posted in A pas contés by with 1 comment.

Plus de cent !

​Oui ils sont plus de cent à dormir dehors à Lausanne! oui vous avez bien lu… plus de 100 personnes qui affrontent jour et nuit sous nos fenêtres le froid que nous peinons à supporter quelques heures en journée. Quelque soit le parcours de chacun, personne ne mérite de passer des nuits aussi horribles. On s’en fout de qui ils sont ! Ils sont ! un humain c’est un humain. Merde. On essaie avec des phrases lapidaires de désigner un fautif mais on ne fait que se cacher derrière nos peurs. Surtout celle de tout perdre. On lance des mots pour désigner le coupable comme on lance des flèches. Suivant qu’on s’imagine de droite ou de gauche ou philosophe : on remet la faute aux corrompus, aux parents laxistes, à la connerie humaine, à la faiblesse des autorités ou encore aux bisounours. Mais ça change quoi ? A chercher les fautifs on n’a plus de forces pour les solutions. On a tous les yeux ouverts, on a tous ce sentiment d’impuissance, on a tous peur de perdre ce que nous avons. Mais ce que nous sommes en train de perdre en acceptant ces indignes conditions de vie pour des gens c’est notre humanité. Les choses sont ainsi ! Les humains tombent et se fracassent quand la vie leur demande des compétences qu’ils n’ont pas, les humains migrent quand ils ont faim. Les autres pensent se mettre à l’abri du besoin en les accablant. N’a-t-on pas appris avec le passé que la seule Continue Reading →


Posted in 0002 - Photos-blog, A pas contés by with 2 comments.

Pour mes amis Facebook

Pour moi, marcher dans le froid c’est facile car je sais que vous êtes ici, dans le virtuel, à penser à moi parfois et que j’ai votre amitié au bout des doigts. Marcher dans la neige c’est vivifiant parce que le soir venu je sais qu’un endroit chaud existe pour moi et que je n’ai pas à craindre la nuit. Au pire du pire j’oserais frapper à une porte pour demander l’hospitalité. Je sais aussi que je peux monter dans n’importe quel train ou n’importe quel bus si d’aventure j’avais un problème. Dans ma pochette de sac il y a quelques pièces alors si j’ai faim je peux toujours faire un saut à la Coop, à la Migros ou dans un kiosque pour trouver quelque chose à me mettre sous la dent. Si mes chausses ou mes habits sont mouillés je sais qu’ils seront vite secs et si ma veste en plume laisse passer le froid je lui rajoute un coupe-vent. Le long du Rhin un garde-frontière m’a regardé de travers mais je n’avais pas peur. Je suis Suisse, je suis blanche et je suis blonde (!) et dans ma fameuse pochette j’y range aussi mes papiers. Je ne sais pas pourquoi c’est ainsi, je ne sais pas pourquoi moi. Mais je sais que même si je doute et que même si je galère sur un chemin effacé par les congères, je sais que tout ça n’est que du bonheur! Alors pour ça et pour tout le reste je dis Continue Reading →


Posted in A pas contés by with 2 comments.

Le test de Rorschach: C’est finiiiiiiiiiiii

Genève – Rorschach 2016 C’est le chemin national 3 que nous avons emprunté au départ de Genève le 27 septembre 2016 au matin, Pompon et moi et nous l’avons terminé en 28 étapes le 4 novembre de la même année. Deux de moins que le balisage officiel. En suivant ce lien vous pourrez découvrir toutes les photos postées chemin faisant depuis le départ de Genf. Outre le plaisir, la joie et le bien-être général à éprouver sans limite ce test avait pour but de m’aider à définir, comme tous tests de Rorschach qui se respectent, ce que j’avais au fonds de mes rêves.  Il a servi au final à trouver de nouvelles pistes pour en réaliser un maximum ! J’ai ainsi parcouru 500km avec 18000 m de dénivelé dans chaque sens. Quand à Patapon elle aura certainement fait le triple. Il faudrait peut être que je songe à l’équiper de son propre GPS? Retrouvez quelques tests de vidéo sur ma chaîne Youtube Pascale Madelon  balbutiante.  Je vais utiliser les semaines qui viennent à tirer les leçons des aventures vécues lors de ce périple. Je veux continuer dans cette direction avec plus d’efficacité tout en assurant la longévité de ce projet tout en cherchant encore comment en faire carrément un mode de vie. Je crois que l’idéal serait un camping car… avec chauffeur intégré!  Mais que faire du chauffeur si, une fois le soir venu je ne peux pas le désintégrer gentiment… il va falloir bûcher encore un peu la question… Mais Continue Reading →


Posted in 0000 - Lettre d'information, A pas contés by with 6 comments.

Passage par la case prison

Je me suis faite arrêter à Wolhusen et je vais passer la nuit en prison. Faut que je vous explique. Il était là sous mes yeux et je l’ai pris. Comme ça sans réfléchir. Mais je vous jure mes amis, que je ne savais pas que j’étais peut-être en train de le voler. Je ne me suis même pas cachée pour faire ça. Je l’ai vu, je l’ai pris et j’en ai profité. Vous auriez fait quoi à ma place ? Je l’ai même partagé parce que je pensais qu’il pouvait être à tout le monde. D’ailleurs à qui ai-je bien pu le voler ce petit bonheur trouvé dans le pré ? Mais voilà je me suis faite arrêter à Wolhusen par une pluie battante et je vais passer la nuit dans une prison transformée en auberge pour purger en rêve, la peine de l’avoir tant aimé et partagé le petit bonheur trouvé dans le pré. http://www.hotel-jail.ch/ Je vais demander une semi-liberté. Peut-être que demain si de Wolhusen je rejoins ma prison à pedibus je pourrais en ramener un autre de ces petits bonheurs cachés dans un pré. Qui sait? Lundi : Wolhusen – Lucerne… tu suis ?


Posted in 0002 - Photos-blog, 2016.03 - Le test de Rorschach, A pas contés, Les périples by with 6 comments.